La cuisiniĂšre cĂ©leste passe la journĂ©e Ă  prĂ©parer la lune crĂȘpe.
Le nĂ©ant infini dĂ©vore cette crĂȘpe au petit matin.
Parfois, il craque et en mange un morceau. C'est ce qui donne les croissants de lune.
Une fois par mois, il n'arrive pas Ă  attendre le petit matin, Ă  cause du petit creux du soir. Et rĂ©guliĂšrement, le nĂ©ant infini se fait rĂ©primander par la cuisiniĂšre cĂ©leste, et est puni de crĂȘpe. C'est ce qui donne la pleine lune.

Le marchand de sable va avoir du mal Ă  endormir les enfants dans les prochains jours, une partie de son sable, stockĂ© dans les nuages, s’est envolĂ© rĂ©cemment et s’est dĂ©posĂ© un peu partout dans une partie de l’Europe de l’ouest.

SFR/Numericùble a enfin un réseau fibre qui passe dans du coax fiable \o/

AprĂšs la Terre qui ÉclateÂč, les chaises dans l'espaceÂČ, les chats et chamaneÂł qui font voler des chaises, Mazarnizil⁎, dĂ©marrons les pour les ...

Une famille japonaise, un couple avec leur fille est portée disparue.

D’aprĂšs leurs proches, elle devait se rendre Ă  une source thermale, au fin fond de la campagne, gĂ©rĂ©e par une parente Ă©loignĂ©e.
Cela fait deux semaines que l’on est sans nouvelles.

La police s’est rendue sur place, mais ce qu’ils ont dĂ©couverts est inexplicable.

Au lieu d’une auberge, il n’y avait qu’une bĂątisse en bois complĂštement dĂ©labrĂ©e et en ruine.

Mais le plus surprenant fut la voiture, garée à proximité.
Cette voiture Ă©tait complĂštement rouillĂ©e ; comme si elle avait passĂ© une cinquantaine d’annĂ©e dehors, exposĂ©e au rude climat campagnard.

Le commissaire de police, ayant lu le rapport des inspecteurs, et s’étant rendu sur place, n’en revenait toujours pas.

Cette affaire fut rangée dans un tiroir du gouvernement, celui contenant tous les mystÚres inexpliqués.

--
Âč :
ÂČ :
Âł : social.nah.re/@alex/1005162436
⁎ : nouvelles.chibi-nah.fr/mazarni

Saga NFT
Acheter (cher, 100 000€) un ticket de caisse auprùs d’un vendeur à la sauvette.
Ce ticket sur papier thermique indique que l’Ɠuvre est Ă  l’emplacement 3 dans la salle 5 au musĂ©e du Louvres.
1ùre visite au Louvres : chouette, c’est la Joconde.
Le lendemain, visite de nouveau au Louvres. La salle est fermée temporairement (maintenance, etc).
Revenir le surlendemain. Constater qu’à la place de la Joconde, c’est le tableau Les chiens jouent aux cartes.
Revérifier le ticket de caisse.
Celui-ci s’est effacĂ©, et on a juste une feuille blanche.

Si jamais vous pensez que c’est une ? C’est à vous de juger.

Le groupe ACDC souhaitant réduire les tensions, il s'appellera désormais ELV (TBTS en français).

Sur Planeptune, réforme pour la css.
Padding est remplacé par pudding.
N’utilisez plus les unitĂ©s comme px, em, rem, etc. Tout ça a Ă©tĂ© remplacĂ© par l’unitĂ© nep.

Pourquoi le voyage temporel ne fonctionne pas ?
Ce n’est pas un problĂšme de physique ni de matĂ©riel. C’est juste un problĂšme de logiciel.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la gestion des dates en javascript est catastrophique. Et comme la mode actuelle est de tout programmer avec NodeJS, le calcul des dates foire systématiquement.

Et vu l’immobilisme dans ce domaine (pourquoi corriger un problĂšme vieux de 25 ans alors que c’est nettement plus simple de tout laisser en l’état), c’est pas prĂȘt de changer.

Le truc rigolo avec Github Copy-a-lot, c’est que le code source des produits Microsoft s'est retrouvĂ© Ă  l’insu de son plein grĂ© dans les codes gĂ©nĂ©rĂ©s par l’IA.

Le code source de Windows 11 et de Office 2022 fut alors diffusé accidentellement au monde entier grùce à cette nouvelle fonctionnalité :D

pour le moment :)

Cet aprĂšs-midi, un ado jouait avec un ballon de foot prĂšs d’un Ă©tang.
Dribble, récupération, feintes.
En glissant sur une racine, le ballon lui Ă©chappa et tomba dans l’étang.
AussitĂŽt, sur un fond de musique celtique, une forme Ă©thĂ©rĂ©e apparut Ă  la surface de l’étang.
Une magnifique jeune femme, Ă  la chevelure dorĂ©e et aux yeux bleus, sortit du lac, portant un ballon d’argent Ă  sa main gauche et un ballon d’or Ă  sa main droite.
« — Dis-moi, jeune homme » s’exprima-t-elle. « Quel est ton ballon ? Celui d’argent ou celui d’or ?
— Aucun des deux.
— C’est bien, tu es trĂšs honnĂȘte ! En rĂ©compense, je »
Il la coupa aussitÎt :
« – Non, rien Ă  voir. L’argent, c’est fragile, et l’or, c’est lourd. Et lĂ , le ballon, c’est juste une occupation. »
Déconcertée, la fée répondit simplement « Ah ! ». Et disparut.
Le jeune homme tourna le dos, fit quelques pas, et sortit un nouveau ballon de son sac.
« — Heureusement que j’en ai pris plusieurs. ».

Message de service :

La Terre a redémarré correctement.

La gravitation est de nouveau fonctionnelle, sauf pour les chats.

Outre la correction de la gravitation suite à l'excÚs de neutrinos, la mise à jour Gaïa 21-CovF3F3 a été appliquée.

Désolé pour les dérangements occasionnés.

Afficher le fil de discussion

Message de service :

Le recalibrage de la gravité étant terminé, la Terre va redémarrer.
Veuillez accrocher votre ceinture, le freinage étant assez brutal, tout comme l'accélération.

Suite Ă  un excĂšs de neutrinos, la gravitation de la Terre doit ĂȘtre recalibrĂ©e. Un redĂ©marrage est prĂ©vu pour demain

L'IoT ne connait aucune limite.
AprÚs avoir connecté à Internet les frigo, les cafetiÚres, les grille-pain, les thermostats, les serrures, les bouteilles de vin, les lave-vaisselle, les dildos, vibromasseurs et ceintures de chasteté ; maintenant, les fabricants de trucs stupides mais qu'il faut absolument connecter à Internet se sont lancés dans les masques.
À partir du tĂ©lĂ©phone, on pourra vĂ©rifier si on porte le masque ou non, changer la couleur des leds autour du masque (une vaste palette, parmi 32 768 variations de couleurs), et mĂȘme connaitre la frĂ©quence respiratoire.
Le ticket d'entrĂ©e pour ce type de masque, jetable, non lavable, et craignant l'eau, est de l'ordre de 150€.
Mais mĂȘme Ă  ce prix, d'aprĂšs la publicitĂ© affichĂ©e un peu partout, les françaises et français se l'arrachent.

Êtes-vous sĂ»r.e qu'il s'agit une ?

Suite au rachat d’OBS Studio par Facebook et au verrouillage par ce dernier, des devs ont dĂ©cidĂ© de forker la derniĂšre version open source.
Le nom du nouveau projet ?

Le nouvel obs.

« - Monique, oĂč est passĂ© mon prochain patient ?
- Il s’est enfermĂ© dans les cabinets, et refuse de sortir tant que le rituel ne sera pas terminĂ©.
- Quel rituel ?
- Il a parlĂ© de l’arrivĂ©e de Cthulhu en kilt, jouant “viens poupoule” Ă  la cornemuse.
- Ha ha ha
 assurément, ce patient me surprendra toujours.
- Ça ne me fait pas rire, docteur. La derniĂšre fois, ce n’était pas vous qui avez du nettoyer. Il avait vidĂ© les 36 rouleaux de papier toilette, et il y avait des tranches de jambon placardĂ©s sur les murs. La femme de mĂ©nage a dit qu’elle n’était pas lĂ  pour ça, et qu’elle en avait plus que marre des fous et des dingues qui passent ici.
- Ok, bon, il faut d’abord le faire sortir. DĂ©calez les prochains rendez-vous, si nĂ©cessaire, transfĂ©rez les appels sur Urgence Psychiatrique. Je vais devoir trouver un kilt, un masque et demander Ă  Jean de m’apprendre les notes pour jouer la musique. »


Quelques heures plus tard

Sons de cornemuse, accompagnĂ© d’un biniou.
Monique, prĂȘte Ă  intervenir, camisole sous la main.

« - C’est vous ? Grand Cthulhu ? Et Ă  cĂŽtĂ©, c’est Dagon qui joue du biniou ? Zut ! J’ai ratĂ© l’incantation ! »

Avant que le fou ne se rĂ©enferme dans les WC, Monique l’attrapa, le plaqua au sol, et aidĂ© par le psy et un infirmier dĂ©guisĂ© en monstre Lovecraftien, le maitrisairent.

Une fois calmé, la séance de psy pouvait enfin commencer.

Oui, c’est une parodie (assumĂ©e) de Chez le Psy.

La terre est une planĂšte aux tons de bleus et de verts. À sa surface, on trouve Ă©galement des vers, mais pas de vers verts. Tout commença, dans un espace vert.

Deux vers se battaient.

Des coups de semonce, suivis d'attaques à l'épée.

La course à l'armement entre les deux clans entraßnés dans une bataille sans fin.

L'évolution technologique amena les fusils, les grenades, les parachutes, la corde pour s'élancer de plate-formes en plate-formes, et bien d'autres joyeusetés militaires.

FatiguĂ©s, et de guerre lasse, l’un des bastions utilisa une nouvelle arme, absolument imparable : le mouton.

Cependant, le lancer de mouton étant une discipline peu maßtrisée, le mouton tomba entre les deux camps.

« Bééé !
Bééé ! »
Boum !

Le mouton explosa.
Et la terre Ă©clata !


J’ai criĂ© parce que je me suis souvenu que l’étĂ© dernier, halloween tombait un vendredi 13.

La Terre, petite planĂšte, ayant diverses jumelles Ă  travers l’univers. Les voyages, se faisant Ă  la vitesse de la lumiĂšre, permettent de rĂ©duire le temps en transports. Ce qui est bien pratique pour dĂ©placer un concours, en cas de force majeure.

« – Mesdames, messieurs, le jury dĂ©clare officiellement le concours du Sabre Laser ouvert. Suite Ă  l’incident sur la planĂšte AldorandeÂč, le concours qui devait avoir lieu il y a quatre ans a du ĂȘtre repoussĂ©. Le confinement de la moitiĂ© de la galaxie suite Ă  l’épidĂ©mie de gastro-sinusite n'ayant pas aidĂ©, le concours se dĂ©roule donc ici, maintenant, sur Terre. »

Le concours du Sabre Laser, cĂ©lĂšbre pour ses dĂ©monstrations technologiques, est une vĂ©ritable fĂȘte, se dĂ©roulant sur une dizaine de jours.
OrganisĂ© gĂ©nĂ©ralement sur Aldorande, cette derniĂšre, dĂ©truite par un mĂ©galomane portant un casque noir dotĂ© d’un respirateur cardiaque, fut dĂ©calĂ©e. Trouver une planĂšte Ă  mĂȘme de supporter l’évĂ©nement, les diffĂ©rentes Ă©quipes et leurs ingĂ©nieurs, ne fut pas une chose aisĂ©e. Il fallait qu’elle se situe en zone neutre, relativement Ă©loignĂ©e, ne pas ĂȘtre en zone confinĂ©e, et facile d’accĂšs via l’hyper espace.
AprĂšs plusieurs mois de discussions, la Terre fut choisie, par manque de choix. ÉloignĂ©e de tout, ne disposant pas de rĂ©serve de carburant Supra-Luminique. Bref, une planĂšte sans aucun intĂ©rĂȘt Ă  premiĂšre vue, exceptĂ© qu’elle formait les meilleurs ingĂ©nieurs de l’univers, concernant les technologies vintages, plus particuliĂšrement techno-punk.

Le concours du Sabre Laser ne porte pas en fait sur le plus beau sabre laser. À la base, c’était un dĂ©fi lancĂ© par deux fabricants de sabre laser, afin de dĂ©terminer lequel aurait les meilleures caractĂ©ristiques, basĂ© sur diffĂ©rents critĂšres. La technologie Ă©voluant sans cesse, il n’est pas rare de voir des sabres basĂ©s sur des torches halogĂšnes, cryogĂ©niques ou autres gaz et plasma entropiques.

Le défi du découpage, se déroulant le dernier jour est le plus impressionnant à regarder.

« – Cette annĂ©e, je me demande quel sera le dĂ©fi du dĂ©coupage.
– Lors de la derniĂšre Ă©dition, c’était une porte en alliage Mithril-Adamantium-Titanium. LĂ , c’était du dĂ©fi. C’était un ingĂ©nieur de la planĂšte Balamak qui avait rĂ©ussi Ă  la dĂ©couper au bout de six heures, non ?
– C’est vrai que ce fut long. Mais j’ai entendu dire que non seulement le jury mais aussi les ingĂ©nieurs se sont plaints auprĂšs du comitĂ© organisateur, et que cette annĂ©e, ça serait du gĂąteauÂČ.
– On verra bien. Sachant que dans ce dĂ©fi, on peut voir des trucs complĂštement absurdes. Comme ce truc-lĂ , par exemple. »

L’un des membres du jury, discutant avec l’une de ses collĂšgues, dĂ©signa un Ă©trange engin de plus de quatre mĂštres de haut, qui attendait sur une remorque. Une Ă©quipe d’ingĂ©nieurs Ă  la peau verteÂł s’occupait des derniers rĂ©glages.

Observant quelques instants d’autres machines alignĂ©es les unes derriĂšre les autres, les deux membres du jury reprirent leur discussion.

« – a priori, les Ă©quipes ont pensĂ© que ça serait un dĂ©fi similaire Ă  celui de la derniĂšre fois. Sabre laser dĂ©mesurĂ©, lance-roquette Ă  tĂȘte creuse, chalumeau perceur, taupe piqueuse.
– Si seulement iels savaient.
– Si seulement. En effet. Enfin, nous verrons bien. Il y aura peut-ĂȘtre une surprise. »

À ce moment, une sonnerie retentit, suivi d’une voix annonçant en plusieurs langues le dĂ©but du dĂ©fi du dĂ©coupage.

La cible fut alors révélée.

Et ce fut le chaos.

Les Ă©quipes hurlaient.

Les spectateurs huaient les organisateurs.

Les équipes de sécurité furent déployées, et le jury appelait au calme.

Au bout de vingt minutes, une fois le calme revenu, les rÚgles furent édictées.

La rĂšgle la plus absurde fut celle-ci : DĂ©couper dans le sens de la hauteur, l’un des buildings de trente Ă©tages, en moins de cinq minutes.

Face Ă  l’absurditĂ©, le jury proposa de laisser une heure⁎ aux Ă©quipes pour adapter leurs appareils, sabres, et machines.

Cette heure fut mise Ă  profit, et les premiĂšres Ă©quipes s’avancĂšrent, confiantes.

Pendant les deux heures qui suivirent, on vit dĂ©filer divers sabres lasers, des canons, des taupes modifiĂ©es griffant dans le sens de la hauteur⁔. Personne ne rĂ©ussit le dĂ©fi dans le temps imparti. Peu d’échecs complets, mais la plupart ne parvinrent pas Ă  dĂ©couper plus de quinze Ă©tages.

Enfin vint la derniĂšre machine.

Ne ressemblant Ă  rien de connu, elle Ă©tait portĂ©e par vingt ingĂ©nieurs. Douze ingĂ©nieurs Ă©taient Ă  la manƓuvre. Ressemblant de loin Ă  un drakkar qui aurait mangĂ© une baleine en forme de cougar⁶, et mesurant plus de quatre mĂštres⁷, ce truc soufflait de la vapeur⁞. Au dĂ©compte, l’un des ingĂ©nieurs cria un ordre. Tous se tinrent prĂȘt.

Au signal, la machine fut levée, pointant le ciel.

Les spectatrices et les spectateurs retinrent leurs souffle.

AprĂšs quelques secondes en Ă©quilibre, la machine, maintenue par les manƓuvres descendit progressivement, sa pointe formant une flamme fine et Ă©lancĂ©e de plus de vingt mĂštres de long, lĂ©chant le toit de l’immeuble.

Au bout de dix secondes, le premier étage fut découpé. Le cinquiÚme étage fut atteint au bout de trente secondes.

L’un des ingĂ©nieurs ne participant pas Ă  la manƓuvre expliqua rapidement.

« – Nous nous sommes basĂ©s sur d’anciennes technologies, celle prĂ©cĂ©dant le sabre laser en fait. Nous avons Ă©tudiĂ© toutes les expĂ©rimentations qui furent faites par le passĂ©, et nous sommes repartis sur le principe complĂštement dĂ©passĂ© du dĂ©coupeur plasma. »

Cinq étages de plus furent découpés.

« – Imaginez que lĂ , nous n’utilisons mĂȘme pas un pourcent de la puissance maximale. Des capteurs volumĂ©triques et tĂ©lĂ©mĂ©triques, couplĂ©s Ă  des unitĂ©s processeurs calculent en temps rĂ©el la puissance nĂ©cessaire pour la dĂ©coupe. Si le matĂ©riau est lĂ©ger, la puissance sera rĂ©duite. Si le matĂ©riau est dense, la puissance sera augmentĂ©e.
– Regardez ! »

La puissance fut augmentĂ©e, le building se faisant dĂ©couper comme s’il Ă©tait constituĂ© de beurre.

Soudain, un cri.

« – Trop vite, ça descend trop vite, on ne pourra pas l’arrĂȘter Ă  temps ! »

La flamme lécha le sol.
La machine s’emballa.
Les éléments se fendirent.

Et la terre éclata !


–
Âč : Aussi appelĂ©e Alderaan.
ÂČ : The cake is a lie.
³ : Non, ce ne sont pas des gobelins, et non, ce n’est pas non plus une catapulte à vapeur.
⁎ : Pas plus. Sinon, le repas du soir risquerait d’ĂȘtre dĂ©calĂ©.
⁔ : La taupe a simplement subi une rotation à 90 degrés, de maniÚre à creuser verticalement et non plus horizontalement.
⁶ : DĂ©solĂ©, c’est vraiment impossible Ă  dĂ©crire, ce truc

⁷ : Le fameux « truc » vu par les deux membres du jury.
⁾ : Ou tout du moins, un truc s’en approchant.

Plus anciens

chibi-[N]ahđŸ‡«đŸ‡·âœ…â€Żrecommande :

Mastodon

Le réseau social de l'avenir : pas de publicité, pas de surveillance institutionnelle, conception éthique et décentralisation ! Gardez le contrÎle de vos données avec Mastodon !